Jean-Baptiste Djebbari se félicite de la hausse importante de la fréquentation dans les trains d'équilibre du territoire cet été

Le Mercredi 15 septembre 2021

Avec l’allégement progressif des restrictions sanitaires, la circulation des trains d’équilibre du territoire (TET), dont l’Etat est autorité organisatrice et le financeur, a été remise en place à 100% au début du mois de juillet.

Les voyageurs sont fortement revenus dans les TET cet été. La fréquentation a ainsi progressé de +3% sur les mois de juillet et août 2021 par rapport aux mêmes mois en 2019, dépassant ainsi le niveau d’avant crise sanitaire. Cette hausse est particulièrement importante sur les lignes transversales Bordeaux – Marseille (+23%) et Nantes – Lyon (+15%).

La ligne Nantes – Bordeaux a rouvert le 31 juillet dernier après un an et demi de travaux de régénération et a également vu sa fréquentation progresser fortement en août par rapport à 2019 (+20%) avec un nombre de voyageurs record pour un seul mois et un taux d’occupation des trains de plus de 85%. Le passage de 3 à 4 allers-retours quotidiens sur cette ligne dès le mois de décembre prochain permettra d’attirer encore davantage de voyageurs.

La fréquentation de la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse, qui est une des lignes majeures du réseau, a aussi été bonne, au niveau de 2019.

Les TET de nuit ont également connu une fréquentation importante, notamment le train de nuit Paris – Nice remis en service le 20 mai dernier à la demande du Gouvernement, et dont le taux d’occupation s’est élevé à 90% en moyenne sur les places commercialisées. Ce sont ainsi plus de 90 000 passagers qui ont voyagé dans les trains de nuit cet été. Ces très bons résultats ne font que renforcer la volonté du Gouvernement de redévelopper un réseau de train de nuit dans les années à venir.

Pour permettre la remise en circulation du train de nuit Paris – Nice en mai dernier, le Gouvernement a inscrit dans le plan de relance 100 M€ alloués pour moitié à la remise en circulation de matériels de nuit actuellement garés, et pour l’autre moitié à l’adaptation d’installations de services et à des aménagements en gares nécessaires à l’exploitation de ces trains.