Hébergement des personnes évacuées place de la République

Le Jeudi 26 novembre 2020
394 personnes ont été hébergées depuis mardi 24 novembre suite à l’évacuation de la place de la République, après que 3 000 personnes ont été mises à l’abri suite à l’évacuation du campement de l’A1. Marlène Schiappa et Emmanuelle Wargon annoncent la création d’une cellule de coordination autour du préfet d'île-de-France afin à la fois de gérer l'urgence et de travailler sur la fluidité des parcours.

Comme elles s’y sont engagées mardi 24 novembre, les ministres Marlène Schiappa et Emmanuelle Wargon ont réuni aujourd’hui au ministère du Logement les associations engagées dans l’accueil et l’accompagnement des migrants. Les ministres ont pu échanger avec les associations sur les moyens engagés par l’Etat, les solutions qui ont pu être trouvées et les perspectives et enjeux à venir.

Par ailleurs les ministres ont souhaité répondre immédiatement favorablement à la proposition des associations de créer une cellule de coordination autour du Préfet d’Île-de-France afin, à la fois, de faire face à l’urgence et de travailler en même temps à la fluidité des parcours.

Plusieurs centaines de places d’hébergement d’urgence supplémentaires ont ainsi été mobilisées depuis mardi par les services de l’Etat. 394 personnes en besoin d'hébergement et qui étaient sur les campements de Saint-Denis et place de la République ont ainsi bénéficié d'une prise en charge depuis mardi. Ces solutions d'hébergement sont trouvées par mobilisation de structures hôtelières qui étaient inoccupées, en raison de la crise sanitaire, ou aménagement de structures d'hébergement collectif, de type gymnase ou parc des expositions aménagées à cette fin (équipement en sanitaires, organisation d'espaces de vie, de chambrées, etc.) en veillant au respect strict d'un cahier des charges sanitaire élaboré par l'ARS.

Depuis le début de la crise sanitaire, l’État a mobilisé des moyens considérables afin que chaque personne à la rue puisse se voir proposer une solution d’hébergement d’urgence.

De nouvelles places sont proposées chaque jour dans les accueils de jour, vers lesquelles les maraudes, notamment de France terre d'asile, peuvent orienter les personnes en situation de rue.

Deux accueils de jour sont ainsi ouverts, à Paris, dédiés aux migrants notamment demandeurs d'asile et bénéficiaires de la protection internationale. Des orientations vers des solutions d’hébergement adaptées à leurs besoins y  sont proposées par l’Etat et ses partenaires associatifs. Leur gestion en a été confiée par l'Etat aux associations Aurore et France Horizon. Chaque accueil dispose d’une équipe de professionnels pour accueillir et accompagner le public de 09h00 à 16h00. Les équipes parlent plusieurs langues (anglais, pachto, dari, arabe...).

Des prestations gratuites y sont également proposées pour répondre aux besoins essentiels, notamment d’accueil (salle de repos, boissons chaudes, wifi) et d’hygiène (kits, douches, laverie). Un accompagnement plus large est également apporté en matière d’ouverture de droit (entretiens individuels avec des travailleurs sociaux, ouverture de droits pour ceux qui peuvent en être allocataire (RSA, CMU, PUMA, AME, APL, …), d’information sur la procédure de demande d’asile (procédures, entretiens individuels, ateliers d’aide au récit), d’accès aux soins  (orientation vers les hôpitaux de proximité, information collective) ou encore de formations au français.

Lors de leurs maraudes, les équipes de France Terre d'Asile donnent les précisions utiles aux migrants concernant ces deux sites.  

Au-delà de la mise à l'abri, la question des parcours des personnes est essentielle. Une vigilance particulière est accordée à l'orientation vers le dispositif national d'accueil pour les demandeurs d'asile, à un accès au logement et à l'emploi pour les réfugiés, vers un hébergement pérenne et un accompagnement social pour tous.
Pour rappel, face à l’urgence sanitaire et à la nécessité de protéger les plus fragiles sans possibilité d’isolement, l’Etat a mobilisé en Ile-de-France 13 700 places supplémentaires lors du premier confinement. Depuis le 18 octobre, plus de 5 000 places ont été ouvertes. Au total, ce sont plus de 133 000 places qui sont actuellement mobilisées chaque nuit en Île-de-France pour héberger tous les publics sans abri.