Habiter la France de demain : Emmanuelle Wargon rappelle ses priorités

Le Vendredi 15 octobre 2021

La ministre déléguée au Logement prononçait hier le discours de clôture de cette opération de 6 semaines visant à promouvoir les modèles d’habitats durables et associant l’ensemble des acteurs concernés.

 

Emmanuelle Wargon l’a dit très clairement : il n’est pas question d’en finir avec la maison individuelle. Elle regrette la caricature faite de ses propos, qui ne reflète pas la teneur de son discours prononcé ce jeudi 14 octobre.

Oui, de nombreux Français rêvent de la maison individuelle car c'est une promesse de confort, d'espace et de tranquillité. Personne ne veut les en empêcher ni les en dissuader. Ils sont aussi en demande de services de proximité. Pourtant les lotissements en périphérie des villes ne permettent pas toujours d’accéder à ces services et contribuent à un sentiment d’exclusion. Il faut donc repenser nos modèles d’urbanisme. 

La ministre a donc organisé une opération « Habiter la France de demain » réunissant pendant 6 semaines l’ensemble des acteurs concernés et de nombreux citoyens, pour échanger et dépasser cette contradiction. Elle vise à mettre en valeur d'autres modèles d’habitat, plus durables et plus agréables à vivre, qui pour beaucoup existent déjà en France et ont vocation à se développer en complément de l’offre existante, qui bien sûr demeure.

Les maisons individuelles ont toutes leur place dans ces nouveaux modèles : éco-quartiers associant maisons et immeubles, maisons de ville bénéficiant d’un accès aux transports en commun, corps de fermes transformés en logement pour vivre en ruralité sans empiéter sur de nouvelles terres naturelles, anciennes bâtisses rénovées pour revitaliser le centre-bourg des villes petites et moyennes, quartiers pavillonnaires bien desservis par les services publics.

Face à cette crise du lien social et à l’urgence écologique, ceux qui ne veulent rien changer voudraient faire croire que l’on peut étendre la ville à l’infini en empiétant sur la nature. Emmanuelle Wargon continuera pour sa part de défendre tous les modèles d’habitat durables qui, sans s’opposer à la maison individuelle, donnent des perspectives d’avenir pour réconcilier l’impératif écologique et celui de loger les Français là où ils en ont besoin.