Gaspillage et suremballage : le Gouvernement signe un engagement avec les acteurs de la livraison de repas

Le Lundi 15 février 2021

En juillet 2020, les acteurs de la livraison de repas s’étaient engagés à formuler des propositions concrètes au Gouvernement pour réduire la quantité de déchets que génère leur secteur. En 2019, ce sont en effet plus de 200 millions de repas qui ont été livrés, générant plus de 600 millions d’emballages à usage unique qui ont terminé dans nos poubelles. Ce marché est en progression constante, de 20 % par an. Et la crise sanitaire ne fait que renforcer cette tendance. Après plusieurs mois de concertation, 19 acteurs de ce secteur signent aujourd’hui une charte d’engagement avec le ministère de la Transition écologique, fixant des objectifs pour réduire les contenants et les emballages en plastique à usage unique, développer leur réemploi et mieux les recycler.

Dix engagements concrets structurent cette charte, permettant aux signataires d’être acteurs de la transition écologique dans leurs domaines respectifs (les plateformes d’intermédiation, les « restaurants virtuels » fonctionnant à partir d’une cuisine centrale, les porteurs de solution et les fournisseurs d’emballages). Trois ONG accompagnent et soutiennent la démarche.

Parmi les mesures phares de la charte :

  • Un objectif de 50% des emballages livrés sans plastique à usage unique d’ici le 1er janvier 2022 puis 70% au 1er janvier 2023 ;
  • La fin de la livraison systématique de couverts et de sauces dès le 1er mars 2021 ;
  • Le lancement de 12 expérimentations de réemploi des contenants pour plats, notamment des dispositifs de consigne ;
  • Un objectif de 100 % d’emballages recyclables au 1er janvier 2022.

Un comité de suivi se réunira régulièrement et une communication sur l’avancement des engagements sera réalisée tous les 6 mois. Le ministère animera la démarche et accompagnera les expérimentations de réemploi menées par les acteurs de la restauration livrée, avec l’appui de l’Ademe.

Alors que la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire vient de fêter il y a quelques jours son anniversaire, cet engagement vient s’inscrire dans les orientations qu’elle a fixées pour la sortie du plastique à usage unique, avec notamment l’interdiction de plusieurs objets en plastique à usage unique qui vont participer à la modification des habitudes et à la transition vers le réemploi. Les gobelets, les verres et les assiettes en plastique à usage unique sont ainsi interdits depuis le 1er janvier 2020 ; les couvercles à verre, les couverts et les récipients en polystyrène (type boîtes à sandwich) depuis le 1er janvier 2021.

19 acteurs du secteur de la restauration livrée ont signé cette charte :

  • Les plateformes intermédiation : Uber Eats, Deliveroo, Tiptoque, CoopCycle, Stuart ;
  • Les « restaurants virtuels » fonctionnant à partir d’une cuisine centrale : Frichti, Nestor, Popchef, Foodchéri, Foodles, Saveurs et Vie ;
  • Les porteurs de solutions de réemploi dans le secteur de la restauration livrée : Uzaje, Green Go, Reconcil, En boite le plat, Pyxo ;
  • Les fabricants et fournisseurs d’emballages ou contenants : Metro, Pyrex, Arc International.

Le secteur de la livraison de repas est en pleine expansion et son développement s’est accentué avec la crise sanitaire : il est donc nécessaire d’agir dès maintenant pour réduire le gaspillage que l’on constate aujourd’hui. Beaucoup de solutions existent pour passer du jetable au réutilisable. Cette charte va permettre de passer à l’action et je félicite tous les acteurs qui s’y engagent. La porte est ouverte à ceux qui souhaiteront la rejoindre dans un second temps.

Barbara Pompili