Emmanuelle Wargon signe le Contrat de transition écologique du GAL Sud-Mayenne

Le Jeudi 24 octobre 2019
Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, a signé ce jour, en présence de l’ensemble des partenaires engagés sur le territoire, le Contrat de transition écologique du GAL Sud Mayenne.

« Ce contrat de transition écologique est un partenariat innovant entre le secteur public et le secteur privé, en faveur de la transition écologique, a précisé Emmanuelle Wargon. Le contrat mayennais est spécifiquement axé sur les thématiques de la transition agricole et énergétique et démontre que les territoires ruraux sont aussi pleinement engagés dans la transition écologique. »

Le Groupement d’action locale (GAL) du Sud Mayenne regroupe les trois communautés de communes des Pays de Château-Gontier, de Craon et de Meslay-Grez. Le territoire est engagé dans une stratégie de développement territorial active de transition énergétique et de lutte contre les changements climatiques depuis 2008.

L’élaboration du CTE est inscrite dans le Contrat d’avenir des Pays de la Loire signé le 8 février 2019 entre le Premier ministre et la Présidente de la Région. Co-construit localement par l’ensemble des acteurs publics et privés, le contrat de transition écologique comprend une première série de 9 actions concrètes pour un montant de plus de 1.3 million d’euros, dont 489 000 euros de l’Etat et 189 000 euros du secteur privé.

Parmi les actions, ce contrat prévoit notamment la structuration d’une filière piscicole durable au lycée professionnel agricole du Haut-Anjou, qui prévoit d’expérimenter une nouvelle valorisation économique des espèces locales de poissons d'étang dans la Région Pays de la Loire. Il s’agit de réaliser sur place une première transformation visant à permettre la commercialisation de filets de poissons mais aussi des produits transformés.

Un inventaire et une valorisation des structures bocagères seront par ailleurs menés localement afin d’identifier et d’inventorier les structures jouant un rôle important dans la préservation de la qualité des eaux. Cette démarche permettra en outre de mener des actions en faveur de la conservation des bocages et de leur gestion durable, afin de pérenniser leur fonction environnementale.

Enfin, le contrat de transition écologique prévoit une expérimentation dans le secteur de la rénovation énergétique. Cette action consiste à engager la réalisation de rénovations énergétiques à objectif BBC² (basse consommation et bas carbone) et ainsi contribuer aux ambitions nationales d’un parc résidentiel très performant à échéance 2050, et à l’éradication des passoires thermiques.  
La démarche CTE

Le contrat de transition écologique (CTE) est co-construit à l’échelle d’un ou plusieurs Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), entre l’État et des collectivités, en lien avec des acteurs publics et privés.  Il comprend un programme d’actions d’une durée de 3 à 4 ans, avec des engagements précis établis entre partenaires, et des objectifs de résultats qui font l’objet d’un suivi et d’une évaluation.

Les CTE permettent de mettre au point des actions opérationnelles de transition écologique lancées dans l’année suivant la signature du contrat. Ces actions ont aussi vocation à renforcer, voire à transformer la dynamique économique du territoire. Les CTE montrent que la transition écologique est aussi un moteur de développement économique, notamment via la création de nouvelles filières économiques vertueuses (économie circulaire territoriale, formation professionnelle et reconversion, création d’emplois locaux…).
Une attention est particulièrement portée aux partenariats avec les entreprises, invitées à porter ou participer aux projets du CTE, afin de contribuer à développer les compétences, les activités économiques et les emplois en lien avec la transition écologique.

 

Contact presse : 01 40 81 78 31