Deuxième journée des "JAMI" organisée par le ministère chargé des transports : la route, un secteur qui innove

Le Jeudi 1 juillet 2021

Dans le cadre des Journées pour l'Accélération et la Modernisation des Infrastructures (JAMI), Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des Transports, s'est rendu ce matin au Campus Scientifique et Technique de Colas à Magny-les-Hameaux, où le secteur routier a présenté un village des innovations.

Des responsables de grandes entreprises, de laboratoires de recherche publics ou privés et de start-ups ont pu présenter leurs innovations d’avenir, au service de :

  • La transition écologique : recyclage, enrobés tièdes, matériaux bio-sourcés
     
  • La transition énergétique : enrobés clairs permettant des économies d’éclairage, route à énergie positive, autoroute électrique à caténaires, rail au sol ou par induction
     
  • La transition numérique : jumeaux numérique de l’infrastructure, capteurs, maintenance prédictive, utilisation de l’intelligence artificielle

Depuis 2007, l’Etat accompagne ces innovations à travers le Comité Innovation Routes et Rues (CIRR), qui permet à une entreprise de bénéficier, sur un chantier test, d’un tiers de confiance (le Cerema) qui évalue le produit et délivre à l’issue du chantier un certificat de bonne fin, sésame pour convaincre d’autres maîtres d’ouvrages de la maturité du produit. Surtout, ce comité constitue un lieu d’échanges de l’ensemble de l’écosystème autour de l’innovation routière.

Jean-Baptiste Djebbari a annoncé que ce comité serait renforcé et élargi, en lien avec la création de l’Agence de l’Innovation pour les Transports, pour proposer un accompagnement et un suivi complet du processus d’innovation :

  • Accompagnement juridique pour détecter les éventuelles dispositions règlementaires auxquelles peut se heurter un projet ;
     
  • Portail des offres d'appui à l'innovation pour les entreprises : pour les orienter vers l’acteur le plus pertinent en fonction de la nature de la demande ;
     
  • Portail de diffusion des résultats des innovations confirmées pour les maîtres d’ouvrage (initié par l’IDRRIM) : pour connaître les innovations qui ont fait leurs preuves, avec les références des chantiers correspondants.

Face aux grandes transitions écologiques, énergétiques, digitales que le secteur des transports traverse, nous devons resserrer et intensifier les partenariats d’innovation entre l’Etat et les entreprises, laboratoires de recherche et startups intervenant dans le secteur des mobilités et de leurs infrastructures. Dans le cadre du Programme d’Investissement d’Avenir (PIA 4), des crédits seront consacrés au soutien des innovations en faveur des mobilités plus vertes et plus intelligentes. J’invite la filière des infrastructures routières à se mobiliser pour préparer une feuille de route d’innovation qui alimentera la préparation de ces appels à projets dans les prochains mois.

Jean-Baptiste Djebbari