Deux nouveaux outils pour lutter contre la déforestation importée

Le Mardi 7 décembre 2021


Crédits : Sarah Brown / Unsplash

La forêt nous rend des services inestimables : elle contribue à lutter contre le changement climatique et à atténuer ses effets, filtre l’eau et offre une protection contre les aléas, et accueille 75 % des espèces vivantes. Deux nouveaux outils sont mis à la disposition des acteurs publics et privés, pour mettre en œuvre la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI). Ils ont été présentés par Bérangère Abba, secrétaire d’État chargée de la biodiversité, lors du comité de suivi de la stratégie qui a rassemblé administrations, entreprises, ONG et acteurs de la recherche le 29 novembre.

De nouveaux outils pour lutter contre la déforestation importée

La France est le premier pays à s’être doté d’une stratégie pour mettre un terme à l’impact de ses importations sur la déforestation, la dégradation des forêts et des écosystèmes naturels à l’étranger avec l’adoption en 2018 de la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI). Celle-ci vise à éliminer d’ici 2030 l’importation de produits forestiers ou agricoles non durables contribuant à la déforestation dans les filières de cacao, hévéa, soja, huile de palme, bois et ses produits dérivés, et du bœuf et ses co-produits. Depuis août 2021, elle est inscrite dans la loi « climat et résilience ». 

Le comité de suivi de la SNDI qui s’est récemment tenu a réuni toutes les parties prenantes de cette stratégie : entreprises, ONG, acteurs de la recherche et institutions publiques. À cette occasion, deux nouveaux outils de mise en œuvre ont été lancés, et sont désormais disponibles via la plateforme deforestationimportee.fr.

Un outil d’évaluation des risques de déforestation liée aux importations de soja 

Ce nouvel outil porte sur le risque de déforestation et conversion des écosystèmes brésiliens associé aux importations françaises de soja pour chaque entreprise importatrice. Il s’appuie sur des données satellitaires publiques, logistiques et bientôt douanières, et permet notamment aux nombreux signataires du manifeste pour une mobilisation des acteurs français pour lutter contre la déforestation importée liée au soja (distributeurs, industriels, importateurs…) de tenir leurs engagements de suppression d’importation à risque à horizon 2030.

Le guide S’engager dans une politique d’achat public zéro déforestation

Une nouvelle édition de ce guide à destination des acteurs de la commande publique intègre des outils opérationnels pour appuyer les 132 000 acheteurs publics, notamment de l’État, dans l’approvisionnement des biens ayant contribué directement à la déforestation, à la dégradation des forêts ou des écosystèmes naturels.

D’autres initiatives mises en place en France récemment contribuent à la lutte contre la déforestation importée, et impliquent de nombreux acteurs tant publics que privés :

Des avancées significatives dans la lutte contre la déforestation, dans le monde

L’année 2021 a mis la lutte contre la déforestation au centre des discussions internationales, notamment lors du Congrès mondial de la nature (UICN) qui s’est tenu en France en septembre 2021. Les membres de l’UICN s’y sont engagés, à travers le manifeste de Marseille, à accélérer la lutte contre la déforestation importée. 

Lors de la COP26, les forêts ont également reçu une attention toute particulière. Leur rôle, ainsi que celui du secteur des terres dans l'accélération de l'atténuation du dérèglement climatique, a été pris en compte. 

Au niveau européen, un projet de réglementation de la Commission européenne sur la déforestation importée fera l’objet de discussions au cours de l’année 2022, et sera un texte important de la présidence française du Conseil de l’Union européenne (PFUE) qui débutera au 1er Janvier 2022.