Démonstrateurs industriels pour la ville durable

Le Jeudi 7 octobre 2021

Répondant à la demande des entreprises, l’appel à projets Démonstrateurs industriels pour la ville durable (DIVD) a fait l’objet de deux sessions en 2015 et 2017. Il a permis de retenir 16 consortiums privés et publics-privés soutenus par des territoires pour inventer la ville de demain.

La démarche

La démarche DIVD, initiée par un appel à projets de l’État, a pour objectif de soutenir l’innovation dans le cadre de projets urbains portés par des groupements d’entreprises en partenariat avec des territoires. Réunis en consortium, des acteurs privés et parapublics tels que les grands groupes français du BTP, de l’énergie, du numérique, des transports, mais aussi des PME, des start-up, des universités, des établissements publics, élaborent des projets innovants sur un site pilote.

Les démonstrateurs industriels pour la ville durable DIVD

Afficher la version texte de la vidéo

Les démonstrateurs industriels pour la ville durable réunissent des acteurs privés et para-publics, qui réunis en consortium, innovent pour inventer la ville de demain. Une ville plus verte et plus vivable.
La démarche « Démonstrateurs industriels pour la ville durable » ( DIVD) s’adresse à des acteurs privés et para-publics de métiers et de tailles très divers (grands groupes français du BTP, de l’énergie, du numérique, des transports, mais aussi des PME, des starts up, des universités, des établissements publics…) qui se sont réunis en consortium.
Les consortiums lauréats des appels à projets cherchent à inventer de nouveaux modèles pour contribuer à la ville durable. Ils développent des solutions et des innovations techniques, organisationnelles et de gouvernance, à toutes les étapes de la conception et de la gestion urbaine : smart grids, living lab, plate-formes numériques d’échange de données urbaines, services urbains innovants, ou encore quartiers à énergie positive.

Les objectifs des DIVD

La démarche DIVD doit contribuer à la transition écologique, tout en permettant le développement économique et l’attractivité des territoires. Les démonstrateurs répondent de manière innovante à des problématiques diversifiées, à des échelles différentes. Les projets bénéficieront d’une valorisation aux échelles nationale et internationale. Les démonstrateurs ont vocation à devenir les vitrines à l’international du savoir-faire français de la ville durable. L’État a pour ambition de faciliter l’émergence de projets notamment liés à l’intégration des fonctions urbaines (smart grids, living lab, plates-formes numériques d’échange de données urbaines, de services innovants et décarbonés, de quartiers à énergie positive...).

Un accompagnement de l’État

Parce qu’ils sont à la pointe de l’innovation, ces projets bénéficient d’un soutien technique, juridique et financier de l’État, qui se place dans un rôle de facilitateur.

L’État offre aux démonstrateurs :

  • un accompagnement individuel grâce à des référents nationaux et locaux facilitateurs ;
  • un accompagnement collectif thématique ayant pour but la mise en commun des problématiques et le partage de solutions ;
  • un appui financier à l’ingénierie via le programme d’investissements d’avenir Ville de demain.

Une équipe interministérielle dédiée pour faciliter les démarches

L’accompagnement de L’État est réalisé en mode projet par une équipe dédiée, en lien avec les ministères et organes de régulation concernés. Pour chaque DIVD sont nommés :

Les groupes verrous

Ils réunissent les démonstrateurs industriels pour la ville durable et des experts bienveillants, afin :

  • d’identifier les blocages techniques et juridiques à la réalisation des projets ;
  • d’acter les engagements de L’État pour contribuer à les lever ;
  • de partager les solutions et les bonnes pratiques.

Chiffres clés

  • 21 démonstrateurs
  • 166 membres recensés dans les groupements dont 118 entreprises ou filiales et 13 associations professionnelles. Au moins 45 % des entreprises sont des TPE ou des PME.
  • 1 équipe d’accompagnement dédiée : 3 coordinateurs, 4 référents nationaux, 19 correspondants locaux, 1 AMO
  • 1,74 M€ d’aide à l’ingénierie.

Ces contenus peuvent aussi vous intéresser