Création de la zone de protection d’habitats du Mont Blanc – Site d’exception

Le Jeudi 1 octobre 2020
L’arrêté « portant création de la zone de protection d’habitats du Mont Blanc – Site d’exception » a été signé ce jour en présence de Bérangère Abba, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée de la biodiversité.

Cet arrêté, adopté après une phase de concertation large associant les élus locaux – et en particulier les maires de Chamonix, Saint-Gervais et des Houches – mais aussi les habitants et les différents usagers de la montagne sous la conduite du préfet, concrétise l’engagement pris par le Président de la République à la suite du Conseil de défense écologique du 12 février 2020, de mettre en place une protection du sommet du Mont-Blanc et de ses principales voies d’accès.
Lors de ce même conseil de défense, le Président de la République avait fixé les objectifs de la nouvelle stratégie nationale des aires protégées : protéger, d’ici 2022, 30% des espaces terrestres et marins, dont un tiers sous protection forte.

Le nouveau dispositif de protection du Mont-Blanc réglemente la fréquentation du site et des activités de ce patrimoine naturel exceptionnel : usage des véhicules, atterrissage d’engins, camping et bivouac, itinéraires pédestres, sources potentielles de nuisances ou pollutions. Il permet ainsi de privilégier les pratiques qui préservent le capital naturel au profit des générations futures.
La création de cette nouvelle aire protégée est une contribution concrète à la mise en œuvre de la stratégie nationale des aires protégées et à la préservation de notre patrimoine naturel.
La protection d’espaces est nécessaire pour protéger la biodiversité dans son ensemble. Les équilibres des écosystèmes, la survie de nombreuses espèces, doivent pouvoir s’appuyer sur des espaces où les pressions humaines sont moins fortes, mieux contrôlées, et où les mécanismes naturels peuvent se développer plus librement.

Le Mont Blanc est un trésor national qui a trop longtemps subi des comportements irrespectueux et préjudiciables à l’environnement. Il méritait une protection digne de ce nom, notamment pour mieux en contrôler l’accès. C’est désormais chose faite, comme Emmanuel Macron s’y était engagé. Je salue l’engagement d’Emmanuelle Wargon puis de Bérangère Abba, ainsi que celui des acteurs locaux qui ont permis cette réussite et les remercie pour leur contribution à la préservation de cet espace naturel exceptionnel.
Barbara Pompili
En février 2020, le chef de l’Etat s’était engagé à offrir au Mont Blanc une protection à la hauteur de son statut de site d’exception. Avec cet arrêté, fruit d’un riche processus de consultation locale, nous protégeons la biodiversité, les activités touristiques gagnent en responsabilité et en pérennité. C’est une bonne nouvelle pour la nature et l’économie locale.
Bérangère Abba