Congrès mondial de la nature de l'UICN : événement Stratégie nationale pour la biodiversité

Le Mercredi 8 septembre 2021

Dans le cadre du Congrès mondial de la nature, Bérangère Abba, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée de la Biodiversité, a présenté les travaux d’élaboration de la Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) 2021-2030.

Elle a rappelé son choix d’appuyer l’élaboration de la Stratégie nationale pour la biodiversité sur une vaste consultation des territoires et des citoyens, menée au premier semestre 2021.

Les contributions recueillies appellent, sans équivoque, à des changements en profondeur : reconquérir et restaurer les écosystèmes ; promouvoir un modèle socio-économique favorable à la biodiversité. 

Après avoir également mobilisé cinq groupes de travail et procédé à de premiers échanges avec les instances consultatives nationales les plus concernées, Bérangère ABBA a identifié les principes directeurs de la stratégie, dont notamment :

  • la sobriété dans l’usage des ressources et des espaces,
  • la complémentarité avec les politiques relatives aux dérèglements climatiques,
  • la mobilisation interministérielle et l’intégration dans les autres politiques nationales et territoriales.

 

Bérangère ABBA a également présenté les quatre axes structurants de la stratégie :

  • La restauration et la protection des écosystèmes : cet axe intègrera la stratégie nationale des aires protégées, la stratégie nationale de lutte contre la déforestation et le plan national de protection des zones humides. Il prendra en compte les objectifs chiffrés qui seront fixés aux échelles européenne et internationale. Un ensemble de mesures concrètes est d’ores été déjà identifié : lancement du processus d’identification d’un parc national dédié aux zones humides ; création d’espaces protégés ; restauration de tourbières et zones humides, de trames vertes, de la continuité écologique du Rhin ; lutte contre la pollution lumineuse ; adoption de plans nationaux de protection d’espèces protégées ; publication du plan national d’action du dugong à Mayotte.
  • L’utilisation durable et équitable des services et ressources de la biodiversité : dans cet axe, en appliquant pleinement les principes de sobriété et solidarité, la SNB traitera, notamment, de la lutte contre l’artificialisation, de la transition agro-écologique, des échanges commerciaux, des engagements pris par les acteurs économiques. Cet axe abordera également les dispositifs de financement des politiques de biodiversité.
  • La mobilisation de la société par la sensibilisation et la formation aux nouveaux métiers.
  • La gouvernance de la stratégie : elle s’appuiera sur un dispositif de pilotage inclusif ; sur des indicateurs et des cibles chiffrées ; sur un principe de redevabilité incitant à la responsabilisation des acteurs et à la transparence de leurs actions. 

Les travaux se poursuivront au cours des prochaines semaines avec de nouveaux groupes de travail qui proposeront des plans d’actions opérationnels. La stratégie sera alors soumise à l’avis d’instances consultatives avant de faire l’objet d’arbitrages interministériels.

A la suite de cette présentation, une table ronde a été dédiée à la question centrale du financement des politiques de la biodiversité. Y participaient : Bernard CHEVASSUS-AU-LOUIS ; Guillaume SAINTENY ; Maguelonne JOUBIN ; François BLAND. Différentes pistes, qui restent à examiner dans les travaux à venir, ont été évoquées, concernant notamment : 

  • La réorientation de la fiscalité pour une meilleure prise en compte de la biodiversité et notamment pour mieux protéger les espaces naturels.
  • La prise en compte de la biodiversité dans « le budget vert » de la loi de finances, afin de mieux cibler les dépenses publiques dommageables à la biodiversité et de travailler à leur élimination ; 
  • Les incitations favorables au développement des obligations réelles environnementales ;
  • Les outils innovants de financement de la biodiversité, illustrés par l’exemple du label bas carbone appliqué à la protection des herbiers de posidonie.

L’élaboration de la stratégie nationale biodiversité entre désormais dans une phase de déclinaison opérationnelle et concrète des grands axes retenus. Je m’attacherai à ce que, pour chaque mesure, les besoins et les moyens dédiés soient clairement identifiés.

Bérangère Abba
Pour plus d’informations : www.biodiversite.gouv.fr