Barbara Pompili et Bérangère Abba se félicitent de la reconnaissance de trois forêts de hêtres françaises sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO

Le Mercredi 4 août 2021

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, et Bérangère Abba, secrétaire d’Etat chargée de la Biodiversité, saluent l’inscription de trois hêtraies françaises sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le bien « Forêts primaires et anciennes de hêtres des Carpates et d’autres régions d’Europe » est un ensemble de sites naturels exceptionnels de forêts tempérées complexes. Cette série paneuropéenne est inscrite sur la Liste du patrimoine mondial pour la première fois en 2007. Elle rassemble aujourd’hui 94 forêts réparties sur 18 pays allant de l’Espagne jusqu’à l’Ukraine.

La réserve du Grand Ventron dans le massif vosgien, la réserve du Chapitre dans les Hautes-Alpes et la réserve de la Massane dans les Pyrénées-Orientales viennent compléter cette série remarquable de forêts pour leur grande ancienneté et leur fort niveau de naturalité. Ces sites font l’objet d’une protection forte par leur statut de réserve naturelle nationale (Grand Ventron, forêt de la Massane) ou de réserve biologique intégrale (Bois du Chapitre). 

D’autres hêtraies françaises exceptionnelles pourraient également rejoindre bientôt ce patrimoine de l’Humanité.

La garantie d’une protection internationale d’un patrimoine forestier exceptionnel en Europe

Les forêts primaires et anciennes de hêtres d'Europe constituent aujourd’hui le bien en série transnational rassemblant le plus de pays sur la Liste du patrimoine mondial. La dominance du hêtre sur de très larges surfaces en Europe est un témoignage vivant de l’adaptabilité génétique de l’arbre, processus encore actif aujourd’hui.

Ces forêts, issues d’une évolution naturelle sans intervention de l’Homme, sont particulièrement rares en Europe occidentale. La France a pour particularité de présenter une très grande diversité de forêts de hêtres tant sur le plan écologique, que sur les plans climatique et génétique.

Les hêtraies primaires et anciennes ont un rôle crucial dans le maintien de milliers d'espèces rares ou en danger. Les services écosystémiques dont on peut bénéficier grâce à ces forêts sont essentiels : équilibres hydrologiques, stockage de carbone ou encore réduction des impacts des épisodes climatiques extrêmes. Ce patrimoine doit être préservé et sa reconnaissance est une bonne nouvelle. 

Barbara Pompili

La reconnaissance d’une gestion exemplaire des forêts anciennes en France

Les réseaux français d’aires protégées forestières contribuent à la conservation des forêts anciennes dans leur diversité et à l’étude de leur évolution naturelle. Cette reconnaissance internationale prestigieuse est rendue possible grâce à un suivi scientifique et à une gestion exemplaire de ces forêts coordonnée par deux organismes nationaux : l’Office National des Forêts et la fédération des Réserves Naturelles de France.

Je me suis rendue au Grand Ventron pour découvrir ce site qui a reçu une consécration internationale et pour saluer le travail conduit par les acteurs locaux avec l’appui de l’Etat. Pour les trois sites labellisés, cette reconnaissance témoigne de la qualité environnementale de ces forêts, mais aussi de l’engagement visionnaire de ces acteurs qui ont su prendre en compte ce patrimoine et le protéger depuis plusieurs décennies.

Bérangère Abba

La protection et la restauration des forêts matures en Europe seront à l’ordre du jour au congrès mondial de la nature de l’UICN accueilli à Marseille du 3 au 11 septembre 2021. Un axe de la stratégie nationale des aires protégées identifie la protection des forêts subnaturelles comme prioritaire.

 

Pour en savoir plus : Centre du patrimoine mondial