20e congrès mondial de la bio : l’agriculture biologique, solution aux enjeux globaux de notre temps ?

Le Mardi 7 septembre 2021


Crédits : Arnaud Bouissou / Terra

Le congrès mondial de la bio se déroule à Rennes du 6 au 10 septembre, au couvent des Jacobins. Organisé de façon hybride en présentiel et en virtuel, il rassemble les acteurs engagés pour une agriculture résiliente et durable et les invite à réfléchir ensemble à la transition du système agroalimentaire. Découvrez le programme de la 20e édition, centré autour d’un message : « Forte de ses racines, la bio inspire la vie ! »

Un programme adapté à l’ensemble des acteurs de la bio

Le congrès mondial de la bio est organisé tous les trois ans par l’IFOAM – Organics International (International Federation of Organic Agriculture Movements). Sa mission : fédérer et accompagner le développement de la bio, de la production à la consommation.

Cette rencontre offre aux acteurs de la bio, convaincus, en transition ou curieux, un espace d’échange et de construction collective de solutions durables. L’objectif : envisager l’agriculture biologique comme une solution aux enjeux sociaux, économiques et écologiques.

Ainsi, l’ensemble des acteurs est amené à considérer les questions de la transformation et de la résilience des systèmes agricoles et alimentaires, au service du développement du modèle de l’agriculture biologique. Trois sessions plénières auront lieu tout au long du congrès afin de réfléchir collectivement à ces problématiques.

Elles seront complétées par six forums de conférences dédiés aux différents types d’acteurs invités à contribuer à l’événement.

  • Forum du leadership : discuter et façonner l’avenir du mouvement organique
  • Forum des agriculteurs et des conseillers : partager les connaissances et les initiatives
  • Forum scientifique : présenter la recherche sur le secteur biologique
  • Forum sur la chaîne d’approvisionnement et de valeur : partager des expériences inspirantes et répondre aux préoccupations des professionnels
  • Forum sur la culture et l’éducation : discuter des fondements philosophiques et de la gestion des connaissances du mouvement organique
  • Forum des parties prenantes : promouvoir une approche multi-acteurs pour les systèmes alimentaires biologiques

Pour en savoir plus :

La bio en France, une croissance confirmée en 2020 !

Dans son dernier état des lieux sur les tendances de la bio en 2020, l’Agence bio confirme le fait que la France connaît une croissance de la production et de la consommation de la bio. Cette tendance s’est vue renforcée par la crise sanitaire de la Covid-19, qui a accru l’attention portée par les Français sur les produits de consommation.

Ainsi, l’Agence bio constate une tendance à la hausse sur l’ensemble de la chaîne du bio, de la production à la consommation.

  • + 12 % de surface en bio
  • + 13 % de producteurs
  • Plus de 200 000 professionnels dans le secteur de la bio
  • 13 milliards d’euros d’achats de produits bio (soit le double de l’année 2015)
  • 6 % de la consommation alimentaire des ménages consacrée aux produits bio

Le ministère de la Transition écologique, engagé pour la transition de notre modèle agricole et alimentaire

La croissance de l’agriculture biologique constitue un enjeu majeur pour faire évoluer le système agroalimentaire pour devenir plus sain, résilient et performant. Elle est également un moteur de la préservation de l’environnement (qualité de l’eau, des sols, utilisation durable des ressources naturelles), de la biodiversité et de la lutte contre le réchauffement climatique. 

Le ministère de la Transition écologique est pleinement engagé aux côtés du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation pour construire une agriculture biologique cohérente et exigeante. Ce dernier participe aux grandes orientations et au pilotage du secteur, notamment via le Comité national de l’agriculture biologique, l'Agence bio et l'Institut de l’agriculture et de l’alimentation biologiques (ITAB). Il contribue également au financement de l’agriculture biologique, principalement via les agences de l’eau (placées sous sa tutelle), qui abondent de manière conséquente les aides de la politique agricole commune. Par ses ressources propres, le ministère participe en outre au financement de certains acteurs importants de l’écosystème bio dans la perspective de mieux faire connaître la bio et d’objectiver son impact sur l’environnement.

La France soutient le développement de l’agriculture biologique à travers le programme national Ambition bio adopté le 25 juin 2018. Les 50 actions qui composent ce programme visent à lever les freins réglementaires, techniques et liés à la formation identifiés par les parties prenantes pour l’ensemble du secteur, de la production à la consommation.

À l'échelle communautaire, le Pacte vert pour l’Europe fixe un objectif ambitieux de 25 % de surfaces en agriculture biologique à atteindre en 2030. Un plan d’action européen en faveur du développement de l’agriculture biologique a été publié par la Commission le 25 mars dernier, ce qui constitue un signal fort pour le secteur. Ce plan d'action vise à consolider l’objectif et à préciser les outils à mobiliser pour ces objectifs.

Découvrez l’histoire de la cantine bio et locale de Saint-Just

Depuis trois ans, la mairie de Saint-Just a mis en place une cantine qui propose uniquement des produits issus de l’agriculture biologique et locale… Partez à la rencontre de Stéphane Garcia, maire de la commune, Pascal Proust, cuisinier, et Ludovic Chenier, agriculteur, qui expliquent comment cette initiative s’est mise en œuvre et en quoi elle est un déclencheur de cercles vertueux.

L'histoire de la cantine bio et locale de Saint-Just

Afficher la version texte de la vidéo

La mairie de Saint-Just, commune rurale de 650 habitants à quelques kilomètres de Bourges (Cher), a mis en place depuis 3 ans une cantine avec des produits issus de l'agriculture biologique et locale (pas plus de 80 km). Cette initiative exemplaire a été saluée dans la presse locale et a fait l'objet de plusieurs reportages. Le cuisinier a retrouvé son métier et le plaisir de travailler de bons produits : il confectionne tous les plats et des gâteaux. Le maire, Stéphane Garcia, explique pourquoi la commune a fait ce choix et comment la mise en place d'une cantine bio dans une collectivité déclenche une succession de cercles vertueux. Un exemple parmi d'autres, les produits bios étant plus savoureux, ils éduquent les enfants au goût. Grâce au travail passionné du cuisinier, Pascal Proust, ils découvrent des légumes et des aliments peu connus (épeautre, quinoa, chou rouge, etc.). Cette démarche, entreprise lorsqu'ils sont jeunes, les engagera à terme à se détourner des aliments néfastes sur le plan diététique.